Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Certains arbres fossiles, retrouvés dans différentes couches, ont permis de découvrir la végétation des grandes ères géologiques de la terre, et par là de suivre l’évolution et l’histoire des plantes.

A l’instar de l’homme, l’arbre n’est apparu sur la terre qu’au terme d’une très lente évolution qui  a duré plusieurs centaines de millions d’années.

 

Les premières gymnospermes sont nées vers la fin de l’ère primaire. Celles-ci ne ressemblaient pas encore à nos pins et à nos sapins mais plutôt à des araucarias ou à des séquoias.

 

Au jurassique période de l’ère secondaire, c’est l’apogée des végétaux à ovules nus (cycadales, gynkgoales, et gymnospermes. Le trait le plus frappant de cette période est l’apparition à peu près simultanée des mammifères et des premières angiospermes.

 

A l’ère tertiaire : apogée des forets, les gymnospermes commencent leur lent déclin.

A l’ère quaternaire : début des plissements alpins et des glaciations, les conifères connurent alors une revanche grâce à leur grande résistance, à la sécheresse et au froid.

 

Les glaces se retirèrent vers le nord de l’Europe, il y a 10 000 ans environ, elles laissèrent place à la toundra à et à la steppe. Les arbres ne reprirent que peu à peu possession du terrain, évoluant vers la chênaie mixte, forêt dense de chênes, hêtres, tilleuls, érables et aulnes.

 

L’homme du paléolithique (première époque de la préhistoire) déjà présent en Europe, vers la fin du quaternaire, vivait au dépens des hardes d’animaux qui proliféraient dans les steppes. Ces animaux gagnèrent le nord lorsque le climat s’adoucit.

L’homme du mésolithique (12 000 ans avant JC) groupé en clans, survivait grâce à la chasse et à la cueillette, tandis que naissait au proche orient l’agriculture.

 

L’homme du néolithique (6000 à 2500 ans avant JC) modifia profondément le milieu : foret défrichées par le feu, élevage, culture.

 

Défrichements et reboisssements se succédèrent ensuite au fil des différentes époques et civilisations.

 

De nos jours l’ampleur prise par les déprédations, les dilapidations du milieu naturel, ont fait naitre une idée nouvelle, l’écologie ou science de l’environnement. Science de l’avenir qui aborde la biosphère dans son ensemble, comprendre et démêler l’inextricable réseau des liens qui unissent tous les êtres vivants entre eux et avec leur milieu...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article