Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Anatomie d’un tronc, le tronc d’un arbre est constitué d’un certain nombre d’éléments, de l’extérieur vers l’intérieur.

Nous trouvons l’écorce comprenant une couche externe constituée par des cellules mortes, à l’aspect de liège, formant une enveloppe protectrice efficace, étanche et imperméable, qui s’use par sa partie externe, mais se renouvelle par sa partie interne.

 

Une couche subéro-phellodermique, génératrice des cellules vivantes du liège.
Exemple : bouleau – simple pellicule. Séquoia : 30 cm. chêne liège.

 

Le cambium, manchon extensible entourant le bois qui ajoute un anneau de cellules à chaque cycle annuel de la végétation :

Vers l’extérieur, il génère les cellules du « liber » ou écorce interne. C’est dans le liber que la sève élaborée descend des feuilles vers les racines, par un système de vaisseaux : le phloème.

 

Vers l’intérieur : il génère l’aubier ou bois vivant qui comprend :

Le xylène : ensemble de vaisseaux conducteur dans lesquels monte la sève brute (eau + sels minéraux du sol) des racines aux feuilles,

Le parenchyme ligneux : tissu composé de cellules qui perdent très vite leur vitalité,

Les rayons ligneux ; assurent l’alimentation aller retour écorce bois et jouent le rôle de cellules de réserve ;

Bois de cœur ou duramen : partie centrale du tronc, composée de cellules à paroi rigide (lignine imbibant la cellulose), qui assure l’armature générale de soutien et la longévité de l’arbre grâce aux tanins, résines.

L’ordonnancement des couches concentriques demeure à peu près constant, il varie s’il s’agit de monocotylédones arborescentes.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article