Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Sabrina

 Abies balsamea Mill.

Sapin baumier

de la famille des Abiétacées ou pinacées

 

Principes actifs

 

·        Monoterpènes (75-90 %) :

(-)-α et β -pinènes (5-10 % et 21-44 %),

 (-)camphène (4-11 %),

δ3--carène (7_35 %)

(-)-limonène (3-20 %)

·        Esters terp.(10-25 %) :

Acétate de (-) bornyle (9-23 %)

Céto-esters sesquiterp. (faible %) : juvabione.

 

 

Propriétés

 

Positivante

Antiseptique, antiparasitaire

Antispasmodique

Anti arthrosique

Stimulante

 

Indications

 

Rhinites, bronchites, sinusites, refroidissements

Aérophagie, ascaridoses

Arthrose

 

 

Contre-indications : usage interne sans précaution : neurotoxique (?)

 

 

Utilisations en aromathérapie

Partie distillée : les aiguilles

 

 

Botanique

 

Ses aiguilles sont plates avec deux raies blanches en dessous. Les rameaux à l'ombre portent leurs aiguilles sur deux rangées horizontales alors que ceux exposés au soleil en ont tout le tour de la tige.

Arbre de 10-15 m 

 

L’écorce du Sapin baumier est gris

Les cônes de 5 à 10 centimètres, ils sont  violacés et fortement résineux, se dressent verticalement sur les rameaux. Ils murissent en automne et perdent leurs écailles, seul le rachis persiste jusqu'à l'été suivant.

 

Habitat :

Le Sapin baumier peuple actuellement une grande partie du Canada et pousse partiellement aux Etats-Unis. Son aire de diffusion naturelle est peut être la plus étendue de tous les sapins. Il aime les terres humides, tourbeuses mais sans eau stagnantes, et il pousse de 0 à 1500 mètres d’altitude. Dans la foret, il se mêle avec des pins (Picea glauca et Picea mariana), des Thuyas (Thyyja occidentalis), des Erables à sucre (Acer saccharum) et avec des Bouleaux (Betula papyrifera).

Toutefois le milieu humide entraine souvent la putréfaction de son bois, ce qui fait qu’il dépasser rarement cent cinquante ans. Son introduction en Europe fut très précoce : il arriva en Angleterre vers 1697. Dans les autres pays d’Europe, on le cultive depuis le XIXe siècle. Sa culture produit le baume du Canada, qui contient 70 % de résine et 25 % d’essences naturelles. On l’obtient en piquant les canaux de l’arbre avec des piques creuses qui recueillent le liquide qui s’écoule ensuite dans des pots à anse.



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article