Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

P1060890.JPGhier j'étais à Genève en Suisse avec ma copine Denise pour aller au concert de Lorena McKennitt, un grand moment de bonheur, j'adore sa musique, nous sommes nées le meme jour avec ma copine, alors comme cadeau d'anniversaire nous avions décidé cette automne de nous offrir le concert de Loreena McKennitt, je suis super contente car je n'imaginais pas un jour la voir.


 

P1060888.JPG

 

musique celtique de Loreena McKennitt.

 

 

P1060891.JPG

 

 

Nous étions au théatre du Léman, assise devant, nous avions choisi nos places il y a plusieurs mois déjà, octobre ou novembre, donc deuxième rang en face d'elle, le top !!!P1060899.JPG

 

P1060894.JPG

 

 

je n'ai pas pu prendre de photos pendant le concert car c'était interdit mais avant qu'elle arrive j'ai pris de mon siège, comme on peut le constater nous étions vraiment devant !!!!

 

Pour ceux et celles qui ne la connaissent pas, voici son site une présentation d'elle :

 

Présentation d'elle même sur son site :

 

Un bon nombre de gens parviennent à connaître un artiste par son image publique et se demandent qui est vraiment derrière cette image. Je ne suis peut-être pas la mieux placée pour dresser mon propre portrait, mais je vais tout de même essayer.

 

Fille d’une infirmière et d’un négociant de bétail, j’ai grandi dans le Manitoba rural et j’ai eu la chance d’avoir une enfance relativement sans contrainte et plutôt bucolique à la campagne. Quand j’étais petite, je rêvais de devenir vétérinaire, mais comme très souvent “les projets mêmes les mieux intentionnés prennent une tournure inattendue”, ce fut la musique qui me choisit, et non l’inverse. Aussi étonnant que cela puisse paraître, malgré toutes ces années passées à monter sur scène, je ne pense pas vraiment posséder le type de forte personnalité très extravertie qui prédispose à une carrière en musique. Au contraire, je crois plutôt avoir le tempérament de quelqu’un qui se trouve être dans son élément dans un environnement champêtre, comme, par exemple, sur une ferme, lors d’une de ces petites soirées sans cérémonie entre amis.

 

À la fin des années 70, j’ai eu le coup de foudre pour ce qu’on appelle aujourd’hui la musique d’inspiration celte. Or, mon aventure n’a véritablement commencé qu’au moment où je me suis sentie interpellée par l’histoire de ce patrimoine musical, tout d’abord, à une exposition d’objets celtes à Venise en 1991 où j’ai beaucoup appris sur l’omniprésence des Celtes tant d’un point de vue géographique qu’historique. J’ai vite été séduite par la richesse et la diversité des sons, des rythmes et des récits de cette très vieille civilisation. J’ai découvert des mythes et des traditions qui se ressemblent d’un endroit à l’autre du globe, des gens qui partagent des traits ou des points communs et qui en même temps, sont manifestement uniques.

Je pars du principe que d’une façon ou d’une autre, nous sommes tous le produit d’une histoire collective qui nous unit les uns aux autres. Ainsi, je crois que le fait de s’intéresser à son prochain, c’est aussi chercher à en savoir plus sur soi-même. Pour ce faire, j’ai tout simplement choisi d’emprunter la filière celte. Il est certain que j’aurais pu suivre un autre fil conducteur dans mon travail de création – disons, par exemple, l’histoire des chapeaux – et vivre une aventure aussi intéressante que celle que j’ai vécue avec l’histoire des Celtes. Mais il faut dire aussi que ce véhicule m’a permis de découvrir un grand nombre d’endroits et de peuples à travers le monde, et d’explorer toutes sortes de pistes et de thèmes qui ont finalement très peu rapport aux Celtes.

 

Pour moi, la musique ne représente pas uniquement un merveilleux moyen de se cultiver et d’exprimer sa créativité. Je suis également fascinée par le fait que seule la musique a le don de provoquer et d’intensifier certaines sensations, émotions ou états d’âme, et qu’il existe un lien certain entre musique et physiologie. Ce phénomène se vérifie, en l’occurrence, dans le domaine de l’art-thérapie, non seulement chez l’humain, mais aussi chez l’animal. Je pense aux éleveurs de bétail laitier qui font jouer de la musique classique à leurs vaches pour qu’elles produisent plus de lait, ou à un film sorti récemment qui s’intitule L’Histoire du chameau qui pleure dont l’histoire se déroule en Mongolie et dans lequel une mère chameau rejette son chamelon pour plus tard le retrouver à travers une sorte de rituel musical. Je pense également à ce professeur du MIT qui utilise l’imagerie par résonance magnétique pour étudier l’impact de la méditation et du chant védique dans la pratique du Kundalini yoga.

 

Je suis extrêmement intéressée par ces rapports qui existent entre la physiologie, l’âme et l’esprit, et tous les événements et expériences qui nous animent. La conjonction de ces phénomènes doit forcément inspirer une certaine créativité.

 

Mise à part la musique, ma curiosité est piquée par vraiment toutes sortes de choses et j’ai un imposant classeur bien rempli qui est là pour en témoigner! Ses compartiments sont un méli-mélo de coupures de journaux et de documents portant sur des sujets aussi divers que le développement de l’enfant, la question écologique, l’agriculture, la politique, la nutrition, les marionnettes, la religion et les innombrables problèmes de dimension mondiale.

 

Certaines de ces préoccupations sont intimement liées à mon quotidien et au travail que nous faisons ici à Quinlan Road, car je pense qu’il est important de contribuer et de participer au développement de la communauté dans son ensemble. En 1998, après que trois êtres chers – Ronald Rees, Richard Rees et Gregory Cook – eurent péri dans un accident de bateau non loin de chez moi, j’ai fondé le Fonds commémoratif Cook-Rees pour le sauvetage et la sécurité nautique. Grâce au généreux soutien de tous ceux - amis et familles à Stratford, à travers le Canada et dans le monde entier – qui ont contribué au Fonds, nous avons pu apporter notre aide à un grand nombre d’initiatives visant à sensibiliser et éduquer le public en matière de sécurité nautique, et à mettre en œuvre des opérations de recherche, de sauvetage et de récupération nautique. Je ne saurais vous dire à quel point j’ai été touchée par le dévouement et le courage des gens merveilleux qui travaillent dans ce domaine, sachant en plus qu’à chaque jour, plusieurs d’entre eux sont prêts à risquer leur propre vie pour sauver celle des autres.

 

Un autre projet qui me tient très à cœur fut la création du Falstaff Family Centre. Cette initiative a vu le jour dans le but de sauvegarder, dans la ville où je vis, le bâtiment d’un établissement scolaire abandonné et devenu obsolète, et de le moderniser et l’adapter à une nouvelle vocation. En travaillant de concert avec des gens de la communauté, nous avons pu transformer ce très beau bâtiment historique solidement construit près de la rivière, en centre au service des jeunes et de la communauté.

 

Quand arrive le printemps, je prends le temps de semer et de cultiver mon jardin pour ne pas perdre contact avec les produits de la terre, la nature et les saisons, et quand arrive l’automne et vient le temps de la moisson, je me réserve du temps pour fêter l’Action de grâce.

 

Tout comme une entreprise élabore et formule l’énoncé de sa mission selon les normes et les valeurs qui constituent sa raison d’être, je me suis moi-même arrêtée à un tel exercice. Certains de ces principes me servent invariablement de points de repère et me guident dans les choix importants que j’ai à faire, tant sur des questions professionnelles que personnelles. Ce sont des valeurs auxquelles j’aspire et il me fait très plaisir de partager une partie du fruit de cette réflexion avec vous....

 Savoir faire preuve de compassion et ne jamais oublier comment aimer.

Penser inclusivement.

Retrouver et perpétuer des valeurs nobles comme la vertu de la vérité, l’honnêteté, l’honneur et le courage.

Considérer nos aînés avec respect et être à l’écoute de ce qu’ils ont à nous enseigner.

Savoir faire preuve d’empathie.

Veillez sur les plus démunis de la société.

Promouvoir une ouverture sur le monde et défendre le principe de diversité.

Traiter les merveilles du monde naturel avec respect.

Se fixer des objectifs élevés et être fier de ses réalisations.

Être bien dans sa peau et prendre soin de son corps pour garder son esprit éveillé car, comme l’ont si bien dit les Grecs, “un esprit sain dans un corps sain”.

S’investir dans la vie communautaire car nous récoltons le fruit des efforts de ceux qui ont fait leur part avant nous.

Défendre les principes démocratiques et participer au processus démocratique, sans quoi la démocratie ne saurait survivre.

Faire preuve de diligence dans tout ce que nous entreprenons.

Chercher un équilibre, savoir prendre sa place et par moments, prendre le temps

de se recueillir seul.

Ne pas avoir peur de se passionner pour une chose.

Apprendre à devenir le porte-parole et le défenseur d’une personne ou d’une cause.

Être conscient de ses limites.

Attiser sa curiosité pour aviver la flamme qui nous anime.

Prendre sa vie en main et ne pas tomber dans le piège de penser que les choses

nous sont dues.

Ne jamais présumer et ne rien prendre pour acquis.

Ne pas se fier aux apparences; les choses ne sont pas toujours ce qu’elles

semblent être.

 

 

Extrait de

 

 

http://www.quinlanroad.com/homepage/index.asp 

Tag(s) : #ARTISTES

Partager cet article

Repost 0